bandeau-Felix-Vercel

LA GALERIE FÉLIX VERCEL PRESENTE SON NOUVEL ÉCRIN

La mythique galerie parisienne de l’avenue Matignon a déménagé à deux pas, en préservant la chaleur de son intérieur, tout en y intégrant les nouvelles technologies.

felix-vercel-3-web

Bien connue des amateurs d’art parisiens, la galerie Félix Vercel accueille depuis 1968 des artistes modernes ou contemporains parmi les plus prestigieux et prometteurs. Elle a exposé Picasso de son vivant, présenté les œuvres de Fernand Léger et Foujita, propulsé sur le devant de la scène l’univers naïf et surréaliste de Michel Loeb. Située jusque-là au 9, avenue Matignon, elle vient de déménager dans un espace situé à deux pas, au 15, avenue Matignon.

Ceux qui ont eu la chance de rencontrer Felix Vercel, ont rencontré un galeriste d’exception. Proche de Picasso, il affectionne particulièrement Michel Loeb, le prend alors sous contrat et l’expose à Paris, à New York et à Tokyo. La mode est alors à l’art naïf et son œuvre connaît un grand succès auprès des acteurs et des écrivains. En 1969, monsieur Vercel décide d’exposer Claude Venard, peintre français post-cubiste et devient son mécène alors qu’au même moment lui était consacrée une rétrospective au Musée de Reading, Pennsylvanie.

felix-vercel-2-web

Les Clients de l’ancienne adresse retrouveront l’ambiance élégante et cossue voulue par le marchand d’art Félix Vercel et son fils Alain, qui a repris la galerie. Alain Vercel y tenait beaucoup : « J’ai recréé exactement la même ambiance, avec toutes les boiseries, tous les lambris. Bien sûr, tout est à neuf et au goût du jour, la technologie a changé, mais je voulais absolument garder la même atmosphère. »

Les boiseries ont été démontées pour être replacées dans le nouveau site, en respectant un agencement très proche. Mais dans une galerie d’art, on s’en doute, l’éclairage compte au moins autant que l’espace pour mettre en valeur les œuvres exposées. « J’ai fait appel à Michel Sapranides, un ami que je connais depuis plus de 30 ans, pour que son entreprise ROGER DUBOIS s’occupe de la technique », explique Alain Vercel.

Pour l’équipe de ROGER DUBOIS, qui intervient dans des lieux d’exception, l’objectif consistait ici à reproduire exactement le même éclairage, avec des spots sur câble tendu et des interrupteurs haut de gamme Meljac. Les spots halogènes basse tension d’hier ont, bien sûr, cédé la place à la LED.

« Le plus délicat a été de retrouver la bonne couleur de température et la bonne puissance, confie Gérard Hug, directeur de ROGER DUBOIS. Deux réglages au moins nous ont été nécessaires, en particulier quand les premiers tableaux ont été installés dans la galerie. »

Au moment d’inaugurer son nouvel écrin, Alain Vercel s’estime satisfait de l’éclairage et de toute l’installation électrique : « Je n’ai que des éloges à faire sur le travail des équipes de ROGER DUBOIS. Ils ont toujours été de bon conseil, y compris pour résoudre des questions qui ne les concernaient pas directement. »

L’équipe ROGER DUBOIS est heureuse d’avoir participé au renouveau de la galerie, en préservant l’âme et l’esprit des lieux.