bandeau-apprentis-roger-dubois

Les Apprentis du sur-mesure

Depuis toujours, ROGER DUBOIS s’emploie pour transmettre un métier, des valeurs et une passion à ses jeunes apprentis. Portraits.

En France, l’an passé, près de 460.000 jeunes ont choisi d’enrichir leur formation théorique par un apprentissage pratique sur le terrain, guidés par des professionnels expérimentés. Si la formation en alternance ne concerne aujourd’hui qu’un élève sur 20, la Ministre du Travail se félicitait en septembre dernier des derniers chiffres, et surtout de leur nette progression : « Il n’y a jamais eu autant de jeunes en apprentissage dans notre pays », expliquait Muriel Pénicaud, estimant que l’apprentissage « décolle maintenant vraiment ».

ROGER DUBOIS pratique avec fierté cette transmission intergénérationnelle depuis toujours. Former les jeunes crée une dynamique positive, aussi bien pour les apprentis eux-mêmes que pour l’entreprise, qui perpétue la tradition de compagnonnage en transmettant son métier et ses valeurs, et prépare son propre avenir en découvrant de jeunes talents. Et attention, la sélection a l’entrée est rude.

Chez ROGER DUBOIS les apprentis, Dylan, 16 ans, et Bhupinder, 23 ans, sont les parfaits représentants de la nouvelle génération. Enthousiastes, volontaires, avec une vraie soif d’apprendre, en toute « décomplexion » face aux nouvelles technologies.

« Je suis en deuxième année de bac pro des métiers de l’électronique au CFA Delépine, à Paris, explique Dylan. J’ai rejoint ROGER DUBOIS grâce à l’alternance et ça se passe à merveille. Mon père travaille chez PELATIS [l’une des trois entreprises du groupe Sigma Technologies, avec ROGER DUBOIS et LYSEN]. Depuis tout petit, je m’intéresse à l’électricité et j’ai voulu continuer dans cette branche. »

Bhupinder a un autre parcours. D’origine indienne, il est arrivé en France fin 2012, à l’âge de 16 ans. « Je suis resté dans un foyer pour jeunes isolés jusqu’à mes 18 ans. Pendant un an, j’ai pris des cours de français, et un peu de maths. Très tôt, j’ai rencontré Michel Sapranides qui m’a pris sous son aile. J’ai fait un CAP en trois ans, puis un bac pro en deux ans, et je suis actuellement en deuxième année de BTS FED (fluides, énergies, domotique), tout par apprentissage. » Ses objectifs de formation après le BTS : « Une licence domotique, ça fera huit ans d’apprentissage. Et une fois que j’aurais la licence, on verra… »

Dylan aussi souhaite poursuivre ses études en alternance. « Après le bac, je voudrais faire un BTS domotique, puis une licence pro. Si l’on n’a pas au minimum un BTS, l’intérêt du travail et la rémunération ne sont pas les mêmes… Alors j’essaie de viser assez haut ! Mon objectif est d’être au moins chargé d’affaires. »

Quand on leur demande ce qui leur plaît le plus chez ROGER DUBOIS, tous deux répondent d’abord spontanément : l’équipe. « C’est l’entourage, l’équipe, confie Dylan. Je m’entends avec tout le monde, mais la plupart du temps, sur les chantiers, je suis avec mon maître d’apprentissage. Ça se passe très bien avec lui et il m’apprend beaucoup de choses. C’est un bon travail d’équipe : sérieux… mais quand même détendu à l’heure de la pause. »

Dylan voit un autre intérêt : « Sur les chantiers, je découvre et j’apprends dans tous les domaines. Mais travailler chez ROGER DUBOIS, c’est une approche particulière. Je suis attiré par l’habitat et le côté luxueux, quand il faut être minutieux surtout. Et là, je sais que je vais apprendre à 100% mon métier ! » Les équipes de ROGER DUBOIS ont, en effet, la chance de travailler sur de très beaux projets, avec d’autres artisans et de grands noms de la décoration d’intérieur.

Le jeune apprenti est, par exemple, passé sur le chantier de la boutique du joaillier Boucheron, aux Champs-Élysées. « Et là, je travaille dans Paris, sur un appartement de 400 m². On doit faire l’électricité et toute la partie domotique. »

De son côté, Bhupinder évoque pour nous ce qui le motive et l’attire : « Chez ROGER DUBOIS, j’apprécie vraiment la solidarité et l’esprit d’équipe. Dès que j’ai une question, par exemple, mes collègues m’aident et m’expliquent. Je m’occupe plus particulièrement de la partie “courants faibles”, c’est-à-dire tout ce qui est audio-vidéo, dont le home cinéma, mais aussi le câblage informatique, tout ce qui est vidéosurveillance et contrôle d’accès… » Ses souhaits d’évolution professionnelles ? « Devenir intégrateur. Je voudrais m’occuper de la partie programmation pour le courant faible. »

Laissons au benjamin Dylan le soin de conclure : « En étant apprenti chez ROGER DUBOIS, j’ai conscience de travailler dans une entreprise d’excellence. Je les remercie beaucoup de me permettre d’apprendre, pendant les années que je vais passer avec eux, de pouvoir mûrir au sein de l’entreprise, de travailler pour eux et qu’ils soient fiers de moi. » Une fierté partagée.

Chez ROGER DUBOIS, l’excellence de demain se construit aujourd’hui !



RELATED POSTS